Présentation générale du traitement

Réanimation à pièce en T 

Les appareils de réanimation à pièce en T sont généralement pneumatiques et sont capables de délivrer une pression inspiratoire de crête (Pcrête) et une pression expiratoire positive (PEP) prédéfinies, constantes et contrôlées.

 Mécanismes d’action pour la réanimation à pièce en T


La pièce en T est raccordée à un masque facial ou une autre interface pour délivrer une alimentation en gaz avec pression limitée et débit régulé au nouveau-né, permettant l'application d’insufflations initiales contrôlées.

Par rapport à d’autres types d’appareils de réanimation tels que des insufflateurs manuels auto-remplissables et des ballons d'anesthésie, les appareils de réanimation à pièce en T fournissent des pressions constantes et contrôlées, quelle que soit l’expérience de l'opérateur.1,2 C’est pourquoi les directives internationales actuelles de réanimation fournies par l’ILCOR (ILCOR, Comité de liaison international sur la réanimation), le NRP (Neonatal Resuscitation Program) et l’ANZCOR (Australian and New Zealand Committee on Resuscitation) recommandent l’utilisation d’appareils de réanimation à pièce en T lorsqu’une source de gaz est disponible.3-5 Fournir des pressions constantes et contrôlées à l’aide d’un appareil de réanimation à pièce en T présente plusieurs avantages pour les nouveau-nés et les nourrissons.

La réanimation à pièce en T humidifiée est une méthode permettant de délivrer du gaz humidifié chaud à un nourrisson pendant la réanimation, ce qui peut favoriser l’augmentation de l’incidence de la normothermie lors de l’admission dans les unités de soins intensifs de néonatalogie, par rapport à l’utilisation de gaz froid et sec.6,7 La réanimation à pièce en T fournit de multiples avantages associés à la sécurité et à l’innocuité du traitement par réanimation.

Aide à protéger les poumons contre les lésions.


Les appareils de réanimation à pièce en T ont été conçus pour fournir une Pcrête constante et contrôlée pendant la réanimation.

La Pcrête est la pression inspiratoire maximale nécessaire pour améliorer l’oxygénation sans provoquer d’effets indésirables. Il est important de délivrer une Pcrête contrôlée, car une Pcrête trop élevée non contrôlée peut induire des lésions dans les poumons, tandis qu’une sous-insufflation des poumons peut empêcher des échanges gazeux adéquats.

À la naissance, les poumons des prématurés sont particulièrement sensibles aux lésions car ils sont structurellement immatures, présentent une déficience en surfactant, sont remplis de liquide et ne sont pas protégés par une paroi thoracique rigide. Des études animales ont démontré que des lésions pulmonaires peuvent apparaître au cours de la réanimation après seulement quelques insufflations manuelles trop importantes.8,9 Chez les animaux immatures, la ventilation à la naissance associée à des volumes courants importants avec production d’une Pcrête élevée pendant quelques minutes peut induire des lésions pulmonaires, des échanges gazeux inadaptés et une compliance pulmonaire réduite.10


infant resuscitation protect the lung injury
Données provenant de mesures obtenues à l’aide d’un simulateur de réanimation pendant l’utilisation d’un F&P Neopuff par un réanimateur qualifié.
La réanimation néonatale maintient la capacité résiduelle fonctionnelle.

Établit et maintient la capacité résiduelle fonctionnelle.

Les appareils de réanimation à pièce en T délivrent une PEP constante et contrôlée, et la pression résiduelle est maintenue à la fin de l’expiration. Les recherches suggèrent que des niveaux adéquats de PEP peuvent aider à établir et maintenir la CRF pendant la transition à la naissance.11

Les directives de réanimation recommandent de délivrer une PEP dès qu’une ventilation en pression positive est nécessaire en salle d'accouchement.12 Sur un appareil de réanimation à pièce en T, la PEP peut être réglée à la pression désirée et testée avant utilisation sur un patient.

Des recherches ont montré qu’une PEP fournie au début de la ventilation améliore la réponse au surfactant et peut également réduire les taux d'intubation en salle d'accouchement ainsi que l’incidence des lésions pulmonaires.13-15  

Délivre des pressions constantes, quelle que soit l’expérience de l’opérateur.

Des études ont examiné et comparé les performances de l’opérateur avec différents appareils de réanimation.

Des simulations de réanimation ont montré que l’expérience de l’opérateur et son niveau de formation n’affectaient pas les pressions délivrées pendant la réanimation lorsqu’un appareil de réanimation Neopuff à pièce en T de Fisher & Paykel Healthcare était utilisé. L’utilisation d’un appareil à pièce en T est également recommandée pour les opérateurs n’ayant pas reçu de formation  spécifique pour la ventilation manuelle, afin d’éviter une Pcrête excessive et de contrôler le volume courant.1,2 

Graphique hypothermie-normothermie

La réanimation à pièce en T avec de l’air chauffé et humidifié favorise la normothermie.

Les nouveau-nés sont exposés à une perte de chaleur immédiatement après la naissance.

Une méta-analyse a montré que l’utilisation de la réanimation à pièce en T avec de l’air chauffé et humidifié en salle d’accouchement augmentait significativement le nombre de nouveau-nés présentant une normothermie lors de l’admission en réanimation néonatale, par rapport à l’utilisation de gaz froid et sec .6La normothermie est définie par une température rectale comprise entre 36,5 °C et  37,5 °C. 

Il a également été démontré que l’utilisation de gaz chauffé pendant la stabilisation en salle d’accouchement réduisait le taux d’hypothermie modérée lors de l’admission en réanimation néonatale, sans augmentation du risque d’hyperthermie.7